Comment faire aimer notre laïcité ?

Lundi matin, comme beaucoup d’enseignants, j’ai regardé un temps mes élèves sans doute un peu autrement. J’ai pris conscience de ce que la laïcité nous apporte, de ce qu’elle nous garantit. « La charte de la laïcité » communiquée chaque année aux parents et aux élèves va regagner la place qu’elle mérite dans ma classe. Il y a des textes qu’on doit inlassablement remettre sur la table des écoliers et tenter de faire aimer. La laïcité participe en grande partie au bon fonctionnement de notre société plurielle et elle permet de renvoyer dans les cordes ceux de tous bords qui aimeraient jouer de notre division. Que nos élèves sont beaux de leurs différences et de leurs désaccords. Ne nous lassons pas de le leur faire remarquer !

J’ai été rassuré de pouvoir constater, comme beaucoup de collègues, la retenue, les réactions saines des élèves et à travers eux de leur famille. On sent bien sûr que selon les sensibilités de chacun et chacune, de chaque famille, la définition des contours de la liberté d’expression fait débat (plus que sur la laïcité) mais la non violence doit rester le fondement de nos relations.

Lors de la minute de silence, mes élèves ont pensé à Samuel Paty et à sa famille. Moi j’ai surtout pensé à son courage.

Pour remettre sur le métier notre ouvrage démocratique et en particulier la liberté d’expression et la laïcité, voici quelques ressources.

(suite…)

Des idées pour chanter.

J’ai mis à jour ma rubrique « chants pour les CM2 ». Avec Arnaud, un ami et collègue, nous avons exploré une petite de notre patrimoine musical avec grand plaisir ces deux dernières années en formation chorale. J’espère que vous y trouverez des idées pour renouveler votre répertoire. Et n’hésitez pas à me faire des propositions aussi.

Thomas Fersen, fabuliste chanteur.

Il m’arrive de m’autoriser à me faire plaisir en classe et à partager avec mes élèves des coups de coeur culturels personnels. Dominique A, je n’ai pas encore osé ou plutôt trouvé l’entrée.

Une voix erraillée, un drôle de dandy, des fables, un amour des mots contagieux, laissez- vous tenter !

Cette séquence navigue entre la chanson, la littérature et le vocabulaire. Peut- être que nous prolongerons par l’écriture d’histoires d’amour. Avec des CM2, un défi.

(suite…)

Times up des grandes dates de l’Histoire

Une date c’est tellement précis et souvent ça enquiquine. Comment rendre leur mémorisation moins douloureuse ? Et, surtout, comment faire comprendre aux élèves que ces dates marquent la fin d’une époque, d’un mode de vie, d’une organisation de nos sociétés et le début d’autre chose ? Comment donc donner du sens à des dates qui n’apparaissent souvent que comme un ensemble de chiffres ?

En jouant bien sûr ! Vous connaissez peut- être le Times up, un jeu qui ne coûte rien. On écrit chacun une 10e de mots sur des billets, on fait deux ou trois équipes. Et le but du jeu consiste à faire deviner le plus de mots possible en 1 minute à ses coéquipiers en parlant (1ère manche), en faisant un mime (2e manche, avec les mêmes mots) et enfin en disant un seul mot.

Pour préparer les élèves à jouer, deux étapes préalables sont nécessaires :

  • jouer avec eux à un times up avec des mots ;
  • leur faire comprendre à quoi correspondent toutes ces dates « célèbres », ce qu’elles terminent et ce qu’elles commencent.

J’ai donc préparé une présentation en images des grandes dates recontrées jusqu’au CM1 dans mon école. Une version enrichie sera proposée en fin d’année pour y ajouter les dates marquantes au CM2.

Semaine 12 : école à la maison ou à l’école.

Nous continuons de préparer la classe à distance tout en faisant classe en nous répartissant entre collègues de CM un tronc commun d’activités en maths et en français (principalement). Mais chaque classe a son actualité en histoire, en géo ou en sciences et a donc son programme spécifique… On essaie de tenir le rythme de ce « grand écart » permanent !

Edito #2 n°5 : l’école à nouveau obligatoire ?

Est-ce qu’il ne serait pas temps de rendre l’école à nouveau obligatoire ?

Pour protéger les élèves, les enfants des angoisses de leurs parents, pour que ceux qui en ont le plus besoin reviennent enfin à l’école…

Si l’on veut que le retour à l’école ne soit pas qu’économique mais aussi un peu social, il est temps de sonner la cloche de la reprise, non ?

Semaine 11 : école à la maison ou à l’école.

Le défi, assurer une continuité pédagogique de qualité pour ceux qui restent à la maison comme pour ceux qui viennent à l’école tout en évitant de faire exploser l’enseignant.

Dans notre école nous avons choisi de mutualiser nos efforts : chaque collègue prépare un programme commun pour tous les CM de l’école et chacun continue de proposer des activités spécifiques pour sa classe.

C’est l’occasion de découvrir d’autres manières de travailler sans déstabiliser les élèves.

Semaine 10 d’école à la maison ou en classe.


Le défi, assurer une continuité pédagogique de qualité pour ceux qui restent à la maison comme pour ceux qui viennent à l’école tout en évitant de faire exploser l’enseignant.

Dans notre école nous avons choisi de mutualiser nos efforts : chaque collègue prépare un programme commun pour tous les CM de l’école et chacun continue de proposer des activités spécifiques pour sa classe.

C’est l’occasion de découvrir d’autres manières de travailler sans déstabiliser les élèves.

Edito #2 n°4

La vie reprend un peu partout, dans les écoles aussi. Chacun positionne son propre curseur de vigilance avec le Coronavirus, chacun pense plus ou moins aux autres… Si seulement nous arrivions à éviter un 2e confinement. Comment gérer l’appétit de vie de chacun ? Comment maîtriser notre envie de rattraper le temps perdu avec nos familles et amis ? On apprend la dépendance au groupe avec un peu d’impuissance. La même qui nous réunit avec les enjeux écologiques mais que l’on a malheureusement plus de facilité à mettre de côté. Y a du boulot !